Libre V. Propriétaire

distribution
libre
open-source
propriétaire
software

*Des erreurs ayant été signalées dans ce texte, il fera l'objet d'une ré-écriture et d'une mise à jour*

La plupart des "techos" soutiennent ardemment le monde du logiciel libre et la plupart travaillent sur des systèmes basés sur le noyau UNIX que ce soit FreeBSD, Linux, Ubuntu, Back Track ou encore Debian, tout dépendra de la spécialité des uns et des autres et de leurs attentes.

De l'extérieur, on pourrait s'interroger sur le pourquoi de ce choix, à savoir, une préférence nettement marquée pour les outils open-sources. La plupart des internautes utilisent des systèmes d'exploitation comme Windows ou MAC OS, ce que les "techos" ont généralement en horreur. En effet, Windows et MAC OS sont des systèmes propriétaires, ce qui veut dire que l'utilisateur n'a aucune visibilité, aucune maîtrise sur ce qu'il fait de son système d'exploitation, il ne sait pas réellement ce qu'il y a dedans, il ne peut pas créer sa propre distribution, il n'est pas réellement maître de sa machine.  Or, le "techos" étant quelqu'un de curieux, les systèmes propriétaires le coupe dans son élan. 

Par ailleurs, les grandes entreprises comme Microsft ou Apple ont une nette tendance au lobbying. Ainsi, selon ce que vous achetez comme machine, un système d'exploitation à moitié installé vous sera fourni avec, vous forçant quasiment à utiliser un système dont vous ne voulez pas forcément. La majorité des internautes s'en accommodent dans la mesure où celle-ci veut que la technologie soit invisible mais ne s'intéresse pas forcément à la transparence du système. 

Ce souci de la transparence et de l'ouverture tiennent dans une explication simple : c'est l'homme qui doit contrôler sa machine et non la machine qui contrôle l'homme. 

Il convient de noter que Windows et MAC OS ont pour eux d'être relativement simples à utiliser et de plus en plus basés sur l'intuitif, ce qui répond à la demande de la majorité des internautes qui ne cherchent pas nécessairement à savoir comment cela fonctionne mais juste que cela fonctionne et vite si possible. 

Partant de ce constat, des systèmes d'exploitation open-source adaptés au grand public, basés sur ce type de demandes, ont vu le jour. L'exemple le plus parlant est Ubuntu qui a l'avantage d'être un Linux mais qui est très simple d'utilisation. Par ailleurs, des systèmes d'exploitation basés sur Linux mais adaptés aux enfants, comme Doudoulinux ont également vu le jour afin que les enfants ne soient pas uniquement formés sur des systèmes propriétaires comme Windows. En effet, dans les écoles et les universitaires, les cours d'informatiques - hors écoles d'ingénieurs - ne sont basés que sur des systèmes propriétaires, généralement du Windows, ce qui est semble être une aberration, tant sur le plan de la gestion que sur le plan éducatif. 

Sur le plan de la gestion, la ville de Munich a, par exemple, remplacé Windows par Ubuntu, faisant au passage une économie de 4 millions d'euro, ce qui, en ces temps de crise économique, n'est pas négligeable. Passer à des systèmes open-source permet de réaliser des économies, économies qui peuvent servir à investir dans des formations. 

Sur le plan éducatif, former des élèves à des systèmes open-source leur donne des armes supplémentaires et n'est absolument pas pénalisant dans la mesure où la plupart des outils bureautiques de Windows et MAC OS existent en open-source. Familiariser le plus tôt possible les élèves aux environnements open-source leur permettra d'être des utilisateurs avertis, informés de ce qu'ils font. 

En ce qui concerne les aspects techniques et pour rester dans le coeur du sujet, le hacking ne s'apprend réellement qu'avec des systèmes open-source. Voir des personnes se revendiquer hacker, travailler à de soit-disant hacking avec du Windows, prête à sourire. C'est moins vrai pour MAC OS, dans la mesure où le noyau de MAC est un UNIX. 

Au final, si vous avez envie d'apprendre, passez sur de l'open-source et débutez avec Ubuntu. Il existe de nombreuses Ubuntu Party, notamment à Paris, où vous pouvez venir avec un laptop et où des personnes vous expliqueront comment l'installer, comment le faire fonctionner. 

Commentaires

"Sur le plan éducatif, former des élèves à des systèmes open-source leur donne des armes supplémentaires"
Je ne comprends en quoi l'utilisation d'un système open source est un atout pour l'utilisateur lambda. Au contraire, les systèmes open source faisant moins d'efforts pour faire des interfaces user friendly pour les divers configuration. (sous prétexte que les lignes de commandes sont parfaits...)
:-\

Hello,
merci pour ce premier commentaire qui inaugure définitivement ce site :)
Pour entrer dans le vif du sujet, je trouve au contraire que certains systèmes open-source, je pense à Ubuntu, font de gros efforts pour s'adapter aux demandes des utilisateurs. Maintenant, il faut être honnête aussi, certaines distributions ne sont pas faites pour être grand public. L'idée est que les personnes soient autonomes devant la machine, qu'elles ne soient pas obligées de passer par tel ou tel système parce que c'est le seul qu'elles ont connu.

Tout d’abord, pour répondre à « Anonyme », ce qui est aberrant, c’est d’inclure dans l’instruction et l’éducation des enfants un système propriétaire, fermé. C’est comme si l’école était sponsorisée par Coca-Cola, qu’on servirait exclusivement à la cantine. Ça ne te choquerait pas ? Moi, ça me choque que les enfants aprennent la micro-informatique par un système fermé, appartenant à une société privée. C’est enfermer les futurs utilisateurs, leur refuser le choix. Sachant que ce choix imposé n’est même pas le meilleur en termes d’ergonomie, au contraire : MS® Windows® est tout sauf un exemple de facilité d’utilisation. Il est considéré comme tel par de nombreux utilisateurs par habitude, et rien d’autre. Moi-même, utilisateurs de logiciels Libres depuis de nombreuses années, lorsque je dois intervenir sur une machine sous ce système, je souffre atrocement du manque de logique de l’interface, du manque de possibilités.
Ensuite, concernant l’article en lui-même, plusieurs remarques : tout d’abord, mettre « FreeBSD », « Linux » et « Ubuntu » dans le même panier est faux, techniquement parlant. Le premier est un système d’exploitation, le second un noyau, et le troisième une distribution basée sur ledit noyau. Étant donné qu’on parle de système d’exploitations, il est donc tout d’abord plus précis de préciser « GNU/Linux ». Ensuite, il y a, comme tu le dis, 2 principales familles dans les systèmes libres : les GNU/Linux (parmi lesquels Ubuntu, Debian, Gentoo, Slackware, ArchLinux, Backtrack…), et les UNIX, parmi lesquels on trouve les trois principaux BSD (OpenBSD, FreeBSD, NetBSD), mais pas seulement. Et, évidemment, chaque système a ses particularités, car il est conçu pour un usage précis. Par exemple, il serait parfaitement illogique pour un utilisateur novice souhaitant faire de la bureautique d’installer un système pensé pour fonctionner en serveur.
Ensuite, tu parles tout du long d’« open source ». Le terme n’est pas non plus adéquat. L’open source permet de vérifier ce que fait un programme, mais il n’autorise pas forcément à l’améliorer, le redistribuer. Ce qui permet cela, c’est le Logiciel Libre (qui garantit 4 libertés fondamentales : l’utilisation, l’étude, la modification, la distribution). À noter que ces 4 libertés ne sont aucunement incompatibles avec le fait de vendre ces logiciels. Une vraie économie est possible avec ce modèle. La vraie liberté est dans le Libre, il faut en être conscient.

J'ai noté les points que tu as souligné. Je vais corriger le texte et y iintégrer ce que tu viens de mentionner, merci :) 

Du même avis que Gordon

Je rajouterais que quand je cale avec un MS® Windows® je sort mon live CD GNU/Linux, si je cale avec GNU/Linux c'est pas le DVD de Windows qui me sortira de la tambouille.
Heureusement il m'arrive moins de caler sur GNU/Linux que sur MS® Windows®.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.